ME-MOVER, trottinette et Step


Me-Mover est une interessante combinaison entre une trottinette et un appareil de step.

Cet appareil permet de réaliser un exercice de cardio à faible impact, tout en battant le cyclisme traditionnel de 40% en termes d’intensité.
Le mouvement pas à pas nécessaire pour faire avancer le Me-Mover ferait travailler de nombreux muscles du corps, dont ceux des jambes, les fessiers et les muscles fléchisseurs de la hanche

Le tricycle embarque un système de transmission à engrenage variable, spécialement développé pour Me-Mover.
Doté d’un cadre en aluminium de 20 kg, Me-Mover affiche des dimensions contenues de 95 cm de hauteur, de 115 cm de longueur et de 43 cm de large.

Me-Mover peut être facilement plié et déplié en quelques secondes. L’utilisateur peut ainsi l’emporter partout avec lui, en bus, dans le train ou encore dans la voiture.

Comptez 1.899€ pour le modèle basic (hors frais et taxes)

Acheter Me-Mover


Découvrir ME-MOVER Suivre Me-Mover sur Facebook Suivre Me-Mover sur Twitter

INTELLINIUM, la chaussure de chantier connectée


Pour répondre aux besoins de l’industrie 4.0, Intellinium a décidé de concevoir des solutions innovantes pour les machines et les travailleurs connectés. Sa collaboration avec Gaston Mille, une PME du Vaucluse, désireuse d’enrichir sa gamme de chaussures de sécurité pour professionnels, a abouti à la mise au point d’une chaussure connectée. Qui a séduit Enedis, le gestionnaire des réseaux électriques en France. Deux équipes, à Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône) et à Albi (Tarn), vont l’expérimenter durant six mois.

Intégré à la chaussure, le dispositif développé par Intellinium permet d’envoyer un signal d’une pression de l’orteil. Un travailleur isolé peut ainsi communiquer avec ses collègues ou un poste centralisé, même s’il a les mains occupées. À l’approche d’une zone de danger, la chaussure vibre pour le prévenir. En cas de chute, une alerte se déclenche. L’absence de réponse de la part du travailleur signale l’envoi de secours. Intellinium envisage d’intégrer la détection de gaz à son dispositif en 2018. La start-up travaille également avec le Centre national RFID sur une interconnexion entre la chaussure et d’autres équipements pour détecter automatiquement si le travailleur a oublié ses gants, son casque ou un outil. La solution se paramètre en une trentaine de minutes avec n’importe quel système d’information.

"Cette chaussure peut devenir l’équipement de protection individuelle de prédilection du travailleur." Intellinium espère produire 100 000 chaussures en 2018, et 1 million d’ici à quatre ans, en France, en Allemagne, au Royaume-Uni et aux États-Unis. Une levée de fonds est prévue cette année. Une cinquantaine d’usages potentiels ont été identifiés.

(Source: L'Usine Nouvelle)

Plus d'information

SPACE TRAIN, le train du futur


Concernée par les enjeux de mobilité dans notre société, la startup Jacques Vaucanson crée en 2017 une filiale spécialisée dans l’ingénierie des transports afin de développer le projet « Spacetrain ». Ce projet de transport interurbain rapide et autonome a pour objectif de rapprocher considérablement deux points éloignés. Le Spacetrain est un véhicule à effet de sol, sustenté par des coussins d’air. Il circule sur une voie en «T» inversé. Son design est étudié pour que l’aérodynamie réduise considérablement les effets de frottement. Le véhicule prototype embarque de 20 à 40 passagers, en cabine pressurisée et sécurisée. Une navette commerciale pouvant accueillir 140 passagers est également à l’étude.

La propulsion est assurée par des moteurs à induction linéaires silencieux, et alimentés par des batteries au graphène embarquées. Nous intégrons l’utilisation d’énergies renouvelables dans nos études. La navette est entièrement automatisée. Une vingtaine de coussins d’air verticaux enserrent le rail et guident le véhicule. La sustentation du véhicule est assurée par une vingtaine d’autres coussins d’air horizontaux, disposés à l’embase.
Le freinage du véhicule est assuré par des freins graphène/carbone qui enserrent la partie verticale du rail et une inversion de la propulsion. Un freinage d’urgence est obtenu par la diminution de la sustentation. Le contrôle du véhicule est assuré par des calculateurs et des logiciels développés en interne. Un système de capteurs permet une acquisition automatique des paramètres (moteur, électrique, magnétique, trajectographie...).
Ces paramètres alimentent en temps réel les logiciels de contrôle.

La vitesse moyenne de circulation sera de l’ordre de 150 m/s, soit 540 km/h. La vitesse maximale sera de 200 m/s, soit 720 km/h, limite imposée par la longueur de la voie disponible pour les essais et la capacité normale de freinage du véhicule.

Le projet Spacetrain mobilise actuellement 12 ingénieurs et des consultants en France et à l’international. Le renforcement de nos équipes est en cours et portera rapidement notre effectif à 30 personnes. Le développement du projet nous permet de créer des partenariats avec des équipes universitaires dans les domaines académiques tels que la mécanique des fluides, l’aéroodynamie, et l’optimisation énergétique. Le coût de développement (étude et ingénierie) est estimé à ce jour à 12 millions d’euros.

Début prévu en 2025

Plus d'information Suivre Space Train Suivre Space Train