SO MAGIC, les chemises magiques

Prix : 198


Avez-vous déjà pensé qu’une chemise puisse s’ouvrir et se fermer sans aucun bouton ? Que l’on puisse choisir de mettre (ou pas) le col ? Le choisir justement ? Et idem avec les manchettes, tant qu’à faire ? Non ? Et bien si ! La créatrice parisienne Katia Cameleon a imaginé des chemises à libres choix, pour le plus grand plaisir des hommes (et des femmes qui les fréquentent!).

UNIQUE & MULTIPLE: ces chemises se ferment en clin d’œil grâce à de petits aimants intégrés, invisibles et fiables. Le même principe permet de les porter avec ou sans col, avec ou sans manchettes. Ces chemises, baptisées « So Magic » ou bien « So Magnetic » (pour le modèle magnétique non modulable), ouvrent ainsi la voie à la personnalisation instantanée. Tout devient possible! Et tout est confort. L’ambition est celle-ci : porter un look different et porter un regard neuf sur ce qui est possible, sur soi, sur le monde.

A l’hôtel Carlton pendant le Festival de Cannes 2018, les créations de Katia Cameleon ont rencontré un vif succès auprès des personnalités , nombreuses à les adopter : Franck Dubosc, Clovis Cornillac ou Spike Lee comptent parmi les premiers adeptes. Même les femmes les ont choisies ! Patty Jenkins, Aure Atika, Julie Ferrier…

Où (s’)offrir la chemise que les stars adorent ? Dans une unique boutique, 9 rue du Hameau – 75015 Paris. Le modèle « So Magnetic » (non modulable) est également à shopper en ligne sur le site de la marque www.katia-cameleon.com

Plus d'information et achat Suivre Katia Cameleon Suivre Katia Cameleon Suivre sur Instagram

LUTETIA, réouverture le 12 juillet


Après quatre années de travaux d’une rénovation ambitieuse et respectueuse de son histoire, l’Hôtel Lutetia dévoile ses nouveaux atours dès le 12 juillet.
Le décor change mais l’esprit inégalable reste. Tout s’est réinventé : les espaces, le design, les services...
Une ouverture en douceur pour que les amoureux de Paris, de sa Rive Gauche et de Saint-Germain-des-Prés y retrouvent leurs marques. Au fil des jours et jusqu’à l’été, on découvrira les chambres, suites et salons rénovés et réinventés par la fine fleur des artisans d’art français, sous la direction de l’architecte Jean-Michel Wilmotte.

Les 233 chambres que l’hôtel comptait à sa fermeture en 2014 ont laissé place à 184 élégantes chambres et suites réparties sur 7 étages. Parmi elles, sept suites signature dont deux s’ouvrant sur de superbes terrasses panoramiques.
Faire entrer la lumière a été le maitre mot de la rénovation. La création d’un patio, la mise en lumière de la verrière historique du Saint Germain ainsi que la révélation de l’époustouflant bar Joséphine n’en est qu’une entrée en matière.

Côté gastronomie, Benjamin Brial va proposer dans cet éventail de lieux de vie, une cuisine contemporaine d’inspiration française mais évoquant les voyages. Il faudra néanmoins attendre septembre pour découvrir la célèbre Brasserie Lutetia avec le Chef étoilé Gérald Passedat.

Point d’orgue du rajeunissement de ce lieu légendaire : le bien-être. Entièrement créé pour le « nouveau » Lutetia, le spa Akasha, luxueux écrin de 700 m², présentera son approche holistique unique basée sur les 4 éléments (air, terre, eau, feu) ainsi qu’une sublime piscine de 17 mètres bénéficiant de lumière naturelle.

Un nouveau chapitre de la vie parisienne commence.

Plus d'information et réservations Suivre hôtel Lutetia Suivre hôtel Lutetia Suivre sur Instagram

TREETS, le bonbon est de retour !


Les Treets qui ont fait le bonheur des grands et des petits entre 1955 et 1986 sont de retour, selon Le Journal du Dimanche. Mars avait signé la fin de ces bonbons en 1986 en décidant de tout miser sur un autre de ses produits, similaire, les M&M's. Le confiseur français Lutti et son actionnaire allemand Katjes ont décidé récemment de profiter du fait que Mars ne renouvelle pas ses droits de propriété pour relancer le bonbon de notre côté de l'Atlantique.
Les cacahuètes enrobées de chocolat, qui "fondent dans la bouche et pas dans la main", seront donc désormais produites par la chocolaterie Piasten, près de Stuttgart en Allemagne, et vendues par The Peanut Company, une filiale de Lutti créée l'an dernier, explique le JDD.

Les bonbons de 2018 sont quasiment identiques à ceux d'il y a 30 ans, la recette ayant seulement été modifiée pour correspondre aux attentes d'aujourd'hui. "Il n'y a aucun colorant artificiel ni dioxyde de titane. Notre cacao est équitable, certifié par la Fairtrade Foundation", développe le PDG de Lutti Sébastien Berghe auprès de l'hebdomadaire. Deux autres recettes sont également lancées : une lentille chocolat enrobée de beurre de cacahuète et une coupelle de chocolat remplie de beurre de cacahuète. Le packaging a été validé par Mars. Les amateurs retrouveront donc la texture, la typographie et l’aspect vintage du paquet originel. Mais pas la mythique couleur jaune, remplacée par de l'orange.

Plusieurs tailles de sachets seront disponibles : 100 grammes et 185 grammes pour la GMS et des petits sachets de 45g et 65g pour le circuit long (boulangeries, points presse, etc.) Pour un prix de vente indicatif autour de 2,70€ les 185g. Disponibles dès le mois de juillet dans le circuit "impulse", les produits seront référencés en septembre en GMS. Les plus pressés pourront en commander dès le 25 juin 2018 sur le site Luttilab.fr Les Treets version 2018, portés par un nouveau slogan «Pour les dingues de cacahuètes», seront soutenus sur les réseaux so

Plus d'information et achat