FINNEY, le phone open source de l'ère blockchain

Prix : 999


La société Sirin Labs, producteur de feu le smartphone Android Solarin à 16 000 $ US, a dévoilé aujourd'hui le premier smartphone au monde qui pourra réellement garantir la sécurité des transferts de données entre utilisateurs, ainsi que les transactions en bitcoins. Il sera aussi le seul, et le premier smartphone, à pouvoir s’insérer dans une blockchain composées d’un réseau de mobiles du même type et donc d'agir en réseau en dehors de tout serveur centralisé (ce grâce à la technologie IOTA et à un système d’exploitation spécialement conçu pour ce type de communication ultra sécurisée).

CLe téléphone fera partie d'une série Finney - une ligne qui comprendra également un PC tout-en-un. Le réseau utilisera le jeton SRN comme monnaie standard, et seuls les titulaires SRN pourront acheter le nouveau gadget. La ligne Finney exécutera le système d'exploitation Shield développé par Sirin pour prendre en charge les portefeuilles crypto, l'accès sécurisé aux échanges, l'écosystème de partage des ressources peer-to-peer et un store pour des applications décentralisées fournies en partenariat avec Status.im.

Le Finney bénéficiera d'un certain nombre de fonctionnalités et de caractéristiques impressionnantes attendues pour un appareil au prix annoncé de 1 000 $ (le PC sera mis en vente au prix de 799 $). Ainsi, il sera équipé d'une mémoire interne de 256 Go, d'une mémoire RAM de 8 Go et d'une caméra 16MP et disposera d'une grande quantité de mesures de sécurité dont des paramètre biométriques... Le Finney s’inscrit donc lui aussi dans la tendance des smartphones « au delà des 1000 dollars/euros« , aux côtés de l’iPhone X et de l'Hydrogen One de RED, déjà vus dans Magzup.

Le Finney sera dévoilé lors d’une conférence prévue le mois prochain (pas encore de date définitive). Pour soutenir le développement d'un dispositif très attendu, Sirin lance un événement de crowdsale en octobre avec les dates exactes là encore non encore spécifiées.

Plus d'information Suivre Sirin Labs Suivre Sirin Labs Suivre sur Instagram

COLORATURA, l'expo Cartier


L’exposition Coloratura s’inscrit comme une découverte exclusive des nouvelles créations de haute joaillerie de la marque, présentées lors de la dernière Fashion Week.
Diamants, émeraudes, onyx, tourmalines, chrysoberyls… Autant de pierres éclatantes qui parent les 240 pièces de la collection. Inspirées des quatre coins de la planète, de la faune et de la flore, la série se veut un hommage au voyage et se nourrit des palettes chromatiques de l’Inde, du Japon, de l’Afrique…

Coloratura s’inscrit également comme un parcours conversationnel avec les acteurs-clés du processus créatif de la Maison Cartier. Des tables rondes sont organisées chaque jour ; conversations libres qui tissent des liens entre Haute Joaillerie et métiers d’art, gastronomie et cinéma ou architecture. Des discussions autour des thématiques chères à la Maison : les coulisses du savoir-faire, les pierres de couleur, la Faune & la Flore et les influences du monde – autant de manières d’aborder le style Cartier. Ces rencontres s’opéreront avec plusieurs membres de la Maison à l’instar de Yves Prudent, Responsable de l’atelier du 13 rue de la Paix, de Pierre Rainero, Directeur Image, Style et Patrimoine ou encore de Jacqueline Karachi, Directrice de la création haute joaillerie et haute joaillerie horlogère.

Pour l’occasion, ces intervenants s’associeront à de grands noms extérieurs à la Maison, tels que l’éditorialiste Loic Prigent, l’architecte d’intérieur Laura Gonzalez, le chef pâtissier du Meurice Yohann Caron, l’actrice Golshifteh Farahani …
Du 15 au 21 juillet à la boutique Cartier du 13 rue de la Paix à Paris. Inscriptions et réservations sur le site de Cartier.

Source: Le Journal du luxe

Plus d'information et réservations


POWER GINGER, la boisson festive à 0% d'alcool


Marc Le Joncour a inventé une boisson à base de gingembre pour « lâcher prise sans perdre le contrôle ». Le jeune breton explique: « J’ai cherché dans le commerce ce que je pouvais boire à la place (ndlr: de l'alcool), en dehors des energy drink. Un copain musicien m’a dit : « T’as qu’à râper du gingembre dans de l’eau gazeuse, ça donne la pêche ! »
Sa boisson à base de gingembre donc est basée sur un principe : « 100 % festive, 0 % alcool. Elle apporte un coup de fouet et on peut prendre le volant. »

Tout comme le célèbre cola américain, la recette est top secrète. Parmi les ingrédients, « naturels dans la mesure du possible », du jus de pomme, une infusion de guarana, des arômes… et du lait de chanvre ! Pour l’instant, Power Ginger se décline en deux versions laiteuses : « reggae » et « disco ». Les déclinaisons « rock » et « electro », gazeuses cette fois, sont prévus à l’automne.

Power Ginger est accompagné par l’Audelor (agence de développement économique de Lorient) et le dispositif régional Emergys pour l’innovation. La boisson est produite par le centre technique ID Mer de Lorient. 500 litres dans un premier temps. A terme, son objectif : « être distribué dans les festivals, bars, discothèques et, à terme, en grande distribution ». Il sera présent au bar du village solidaire pendant le Festival interceltique pour un service au verre. « Pour les bouteilles de 25 cl, il faudra attendre l’automne ! » (Source: IDMer/Photo: Ouest France)

Plus d'information sur ID Mer